Partager

Forage d'eau / Géothermie

FIN DU CHANTIER DE FORAGE GÉOTHERMIQUE À CHAMPS-SUR-MARNE
29/09/2020

FIN DU CHANTIER DE FORAGE GÉOTHERMIQUE À CHAMPS-SUR-MARNE


La communauté d’agglomération Paris-Vallée de la Marne (CAPVM) et Engie Solutions à travers sa filiale GéoMarne, ont annoncé avoir clôturé avec succès la phase stratégique du forage géothermique de Champs-sur-Marne.

La communauté d’agglomération Paris-Vallée de la Marne (CAPVM) et Engie Solutions à travers sa filiale GéoMarne, ont annoncé avoir clôturé avec succès la phase stratégique du forage géothermique de Champs-sur-Marne. L’objectif atteint était de creuser à une profondeur de 1900 m afin de bénéficier d’une eau qui offrira en 2021, une chaleur entièrement verte à l’équivalent de 10 000 logements sur les communes de Champs-sur-Marne et Noisiel (Seine-et-Marne). Débutés en décembre dernier, les travaux ont constitué au creusement de premiers forages à 40 mètres de profondeur qui constituaient les avant-puits et qui permettaient l’avancée des travaux de forage de géothermie profonde. Ces travaux finalisés laissent place à la construction de la centrale qui a débuté au printemps 2020 pour enfin aboutir par la mise en service du réseau de chaleur fin 2021.  

 

Le réseau GéoMarne a fonctionné grâce à la technique du doublet : un premier puits de ‘production’ a été foré à 1900 mètres de profondeur pour puiser une eau à 70°C dans la nappe aquifère. Après avoir traversé un échangeur de calories, l’eau chaude sera distribuée dans les foyers grâce à un réseau de 19 km sur les communes de Noisiel et Champs-sur-Marne. Les travaux de ce réseau ont débuté cet été avec la mise en place de tubages à raccords lisse permettant d’augmenter les paramètres de production des puits. L’eau utilisée est réinjectée dans la nappe à plus d’un kilomètre de la zone de captage, afin d’éviter de refroidir l’eau puisée.

 

La centrale GéoMarne, sera équipée d’une pompe de 6 MW pour optimiser la puissance géothermique. Elle puisera son eau dans le Dogger, une nappe aquifère calcaire datant du Jurassique Moyen (-175 à -154 millions d’années), située entre 1.500 m et 2.000 m de profondeur avec une eau dont la température varie entre 57°C et 85°C. Le Dogger s’étend à l’est de Paris jusqu’à Melun, où les puits géothermiques ont contribué au développement économique de la ville. Un nouveau projet de géothermie verra d’ailleurs le jour à 45 km de là, en 2021, à Vélizy-Villacoublay (78).


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré bleu
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

5000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 300

 

 

PARTICIPANTS

2600

 

 

 

© 2016-2021 Solscope
Réalisation : Jordel Médias Agence Web