Partager

France

LES GRANDS MONTETS : UN CHANTIER EXCEPTIONNEL À PLUS DE 3 000 MÈTRES D'ALTITUDE - <p>Héliportage Super Puma foreuse EMCI</p>
13/12/2021

LES GRANDS MONTETS : UN CHANTIER EXCEPTIONNEL À PLUS DE 3 000 MÈTRES D'ALTITUDE


Chargement foreuse Mori pour gare intermediaire.
Sondage pressiométrique Silfra Altitude construction.

L'une des gares du téléphérique de la station haut-savoyarde avait été complètement détruite par un incendie le 11 septembre 2018. Les dégâts ne laissaient d'autre solution que la reconstruction complète du téléphérique. Une reconstruction qui a nécessité des carottages exploratoires à plus de 3 000 mètres réalisés par la société Silfra, ainsi que des études géotechniques que la Compagnie du Mont-Blanc a confi ées à la société Sage Ingénierie.

Pour rappel, c’est en effet le mardi 11  septembre 2018, peu avant 14  h, qu’un incendie majeur a éclaté à la gare du téléphérique de Lognan aux Grand Montets (1 972 m d’altitude). Fort heureusement, personne n’a été blessé, le téléphérique étant fermé au public ce jour-là, mais les dégâts ont été désastreux, ainsi que l’explique Alain Cain, créateur et gérant de Silfra Forages & Géotechnique : « Plusieurs câbles ont fondu, les télécabines ont été retrouvées dans la nature, ici et là, et certaines fondations du support des télécabines ont été détruites. Mais pour bien comprendre, il faut savoir : le domaine des Grands Montets est composé de 3 gares : la partie aval part de Chamonix avec les Argentières à 1 252 m ; la gare intermédiaire, appelée Lognan, se situe à 1 972 m ; et la partie amont avec les Grands Montets est située à 3 275  m. Et c’est la gare intermédiaire qui a pris feu, démolissant la toiture et les bâtiments. La gare des Grands Montets existe toujours, mais, depuis, elle n’est plus exploitable, car l’arrivée à 3 275 m a été sérieusement endommagée. La Compagnie du MontBlanc a donc décidé de refaire l’ensemble de la remontée mécanique, et, quitte à faire des travaux, elle a décidé de tout repenser avec de nouveaux bâtiments, de nouvelles installations, une nouvelle arrivée de la télécabine, un ascenseur ainsi qu’un tunnel pour accéder aux pieds des pistes, etc. », détaille Alain Cain.

Et pour parfaire le tout, c’est l’architecte mondialement connu Renzo Piano qui devrait concevoir le « nouveau » Grands Montets. Le célèbre bâtisseur italien a, en effet, donné son accord à la Compagnie du Mont-Blanc. Piano dessinera donc les bâtiments des futures installations à rebâtir et pilotera le projet de reconstruction des installations en partie ravagées par l’incendie.

Le style de Renzo Piano, âgé aujourd’hui de 84  ans, a été appelé « high-tech » et « postmodernisme » audacieux, et parmi ses œuvres célèbres on peut énumérer : le Centre Georges-Pompidou à Paris (avec Richard Rogers, 1977), The Shard à Londres (2012), le Whitney Museum of American Art à New York City (2015) et le Centre culturel de la Fondation Stavros-Niarchos à Athènes (2016). Mais avant de laisser la place au maître architectural, place à la campagne d’investigation géotechnique qui a été réalisée par l’entreprise Silfra située à Goncelin (Isère).

« Nous avons en effet réalisé une grosse campagne d'investigation géotechnique sur la partie des Grands Montets, et une autre sur la gare intermédiaire », explique Alain Cain. Sur la partie dite « intermédiaire » (Gare de Lognan), les travaux ont débuté cet été, du 12 au 28 juillet par des travaux de géoforage. « Nous avons effectué 9  forages pressiométriques d’une profondeur de 12 m à l’aide d’une foreuse Mori S11. Pour cette opération, nous avons préféré l’accès terrestre par pistes plutôt que l’hélicoptère, et du fait des fortes pentes, nous avons fait appel à l’entreprise Benedetti qui a transporté la foreuse et le matériel dans un tombereau plus l’aide d’une pelle mécanique de 40 t », explique le dirigeant, également fi er de souligner qu’il est le seul en France à représenter la marque Mori en géotechnique. « La cadence était environ d’un forage par jour, et du point de vue de la météo, nous avons subi qu’une seule journée d’intempérie, mais à 2 000 m d’altitude, c’est très raisonnable », poursuit Alain Cain.

Sur la partie des Grands Montets, « les choses se compliquent un peu plus, puisque les travaux s’effectuent à plus de 3 000  m », poursuit-il. Tout est en effet plus diffi cile, à commencer par la fourniture des matériels nécessaires qui doit s’effectuer par les airs, puisque la télécabine de la partie intermédiaire a été détruite par l’incendie.

Ainsi, sur ce chantier, 2 hélicoptères ont été utilisés : un Super Puma AS332C1 et un Écureuil de type AS350 B3. Ce dernier peut porter des charges allant jusqu’à 600  kg à cette altitude. « Sur ce modèle d’hélicoptère, explique Alain Cain, ce sont plutôt l’approvisionnement en eau, les tiges, les tubages, les caisses à carottes, le matériel annexe qui sont transportés. Sur l’autre modèle, le Super Puma, qui appartient à la société SAF (Secours aérien français), basée à Albertville, ce sont plutôt la foreuse EMCI de 2,6  t et le compresseur d’un poids de 2,5 t qui sont acheminés. Mais on évite au maximum d’utiliser le Super Puma dont le coût à la minute est très onéreux, et la disponibilité de l’appareil compliquée à planifier. »

Les travaux, qui ont débuté le 15 juillet et se sont achevés le 12 août, ont donc consisté en la réalisation d’un carottage vertical de 38 m de profondeur effectué à l’intérieur même du bâtiment principal, et d’un carottage horizontal de 25 m en partie basse du projet dans la zone d’éboulis.

Nous étions déjà intervenus sur ce chantier en 2019 et avions réalisé un carottage de 30 m, mais situé cette fois-ci devant le bâtiment principal. « Cette année, concernant ce chantier, nous avons collaboré avec la société Altitude Construction pour la réalisation d’un sondage préssiométrique à 20 m, et différents sondages destructifs réalisés avec une pelle araignée, car les forages étaient inaccessibles et trop risqués avec notre foreuse. »

Le but étant toujours le même qu’en 2019, une fois réalisé, le forage reçoit une instrumentation type inclinomètre et doit faire l’objet d’une inspection par caméra afi n d’identifi er et de mesurer, sur 360°, la présence de failles et d’autres paramètres.

Les reconnaissances ont permis  de déterminer le contexte géologique en présence et de s’assurer de la stabilité des terrains au droit des ouvrages prévus au projet. Les terrains en surface sont en effet constitués par des chaos de blocs et des éboulis instables, entraînés par le glacier (présence d’un glacier noir constitué par un mélange d’éboulis, de blocs rocheux et de glace sur 7 m d’épaisseur). Ces sondages ont conduit également à optimiser la position des enjeux en regard de la proximité des zones fragiles et instables susceptibles d’évoluer dans le cadre de la fonte du permafrost qui fragilise le montage. Les sondages ont permis également de prélever des échantillons de roche en profondeur pour réaliser des essais en laboratoire afi n de déterminer les conditions de creusement et de soutènement des ouvrages souterrains.

 

Aude Moutarlier


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré vert
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

6000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 500

 

 

PARTICIPANTS

3000

 

 

 

© 2016-2022 Solscope