Partager

International

MAROC : LE PORT DE TANGER MED II ACCUEILLERA UN NOUVEAU TERMINAL À CONTENEURS
24/04/2018

MAROC : LE PORT DE TANGER MED II ACCUEILLERA UN NOUVEAU TERMINAL À CONTENEURS


Vue de l'atelier de forage.
Les pieux sont alignésen subaquatique.
Présentation des déformées obtenues en phase « chargement ».
Atelier de forage et retrait des tapis AAF.
Vue d’ensemble du projet.
Levage du guide.
Coupe type d’un atelier de forage TM II.

Avant même l’achèvement des travaux d’aménagement de la plateforme du terminal à conteneurs TC4 et sa mise en service prévue en janvier 2019, les autorités portuaires de Tanger Med II ont décidé de procéder à un approfondissement d’une partie du quai pour répondre aux besoins du concessionnaire néerlandais APM Terminals.

En effet, le terminal TC4, dédié à la compagnie maritime Maersk
Line, maison mère d’APM, devra permettre l’accostage d’une part importante de navires à grands
tirants d’eau. Dans sa configuration actuelle, le TC4 dispose d’un front d’accostage de 1 200 ml avec un quai en blocs à - 16 m ZH entre QC0 et QC750 et à - 18 m ZH de
QC750 à QC1200. La zone concernée par les travaux d’approfondissement est le tronçon entre QC300 à QC750 qui devait être ramené à - 18 m ZH également. Cet approfondissement
en deçà du niveau d’assise du quai oblige à la mise en place d’un rideau en pied de quai permettant d’assurer la stabilité au grand glissement du quai après dragage, en particulier sous sollicitations
sismiques. Ce système assurera aussi une protection contre les affouillements sous les fondations
actuelles après dragage.
Dans le cadre d’un appel d’offres restreint à quelques entreprises spécialisées, Keller Fondations
Spéciales a été retenu pour la conception et la réalisation d’un écran de soutènement en pied
du quai existant, satisfaisant aux exigences du maître d’ouvrage.


GÉOTECHNIQUE ET DIMENSIONNEMENT


Le marché comprenait la définition et la réalisation d’une campagne de reconnaissance complémentaire destinée à établir la note d’hypothèses géotechniques à prendre en compte dans les justifications de stabilité du rideau de soutènement. Les sondages, essais
et prélèvements ont été réalisés en pied de quai, depuis une plateforme autoélévatrice au droit du
futur soutènement. Cette campagne a permis de valider, après de nombreux calculs et simulations sur la sensibilité des différents paramètres, une synthèse géotechnique unique pour la totalité des
450 m de quai à rempiéter. Pour ce faire, la difficulté provenait de la non-continuité des couches de
sol en présence le long de la section de quai à approfondir, en particulier une alternance de
couches de grès dur et de pélite dure à altérée :

Pour procéder à la vérification des différents états limites, les logiciels suivants ont été utilisés : Talren, pour la stabilité d’ensemble (vérification de la résistance au grand glissement en statique et au séisme) ; K-Rea, pour la stabilité interne du rideau (il est intéressant de noter que le facteur dimensionnant est la résistance du tube au voilement EL3 et non la plastification EL1 selon
NF-EN 1993-1-6 § 4.1) ; et Plaxis, pour les calculs de déformation.
Dans Plaxis, la couche rocheuse a été modélisée par un modèle Hoek-Brown dont l’utilisation ne se limite pas à la modélisation du comportement d’une roche saine, mais aussi à des massifs fracturés ou altérés, ce qui le rend beaucoup plus adapté pour la caractérisation du massif de sol étudié.
Ainsi, les paramètres complémentaires pour les marnes/grès selon Hoek-Brown sont les suivants ( voir tableau) Les déformées sont de l’ordre de 5 cm environ, au maximum, au niveau du sol à l’arrière du quai bloc et de 3,5 cm au niveau de la magistrale de quai.


LES DIFFÉRENTS INTERVENANTS
Maître d’ouvrage :
TM II (Tanger Med II SA)
Maître d’oeuvre :
TME (Tanger Med Engineering)
Entreprise principale :
Keller Fondations Spéciales SAS
Géotechnicien :
MedOcéan


MALGRÉ LA
COMPLEXITÉ,
UNE PREMIÈRE SUR
CE CHANTIER
« Les équipes commerciales ont fait appel au département méthodes pour répondre à leur
problématique de guidage pour le forage. En effet, l’installation de 409 tubes de 15 m de longueur de
1 m de diamètre, espacés les uns des autres de seulement 10 cm, à une profondeur comprise entre
- 16,50 m ZH et - 31,50 m ZH, nécessite une certaine précision jamais réalisée en termes de tolérance de forage totalement immergé. Pour mémoire, il s’agit de la première fois au monde que la technique
au “marteau fond de trou” est employée dans ces conditions, en déport de 6 m à l’arrière d’une poutre de couronnement béton située à + 4,50 m ZH, en aveugle sous l’eau et dans ce diamètre. Le département méthodes a relevé le défi avec la collaboration du bureau d’études MCOA en développant 2 guides spécialement conçus pour ce chantier, d’un poids d’environ 30 t chacun. Le but
étant de ne pas arrêter l’atelier de forage pendant qu’une grue auxiliaire de 200 t préparait le guide
suivant. Les contraintes étaient de ne pas pouvoir s’ancrer sur le quai existant, de ne pas démonter les
bollards d’amarrage et d’avoir une zone de travail très étroite basée à + 3,50 m ZH. Pour des raisons de logistique, la fabrication de ces guides a été donnée à un charpentier métallique basé à Kénitra,
au Maroc. La conception du guide a permis de préparer puis de forer 5 pieux, avec la possibilité de travailler en console au-dessus de l’eau, sans déplacer la machine. »


LE CHANTIER EN CHIFFRES
• 450 ml de quai à approfondir de - 16,00 à - 18,00 m ZH
• 409 pieux métalliques (Ø 1 016 mm, épaisseur 16 mm) installés en pied de quai
• 6 135 ml de forages au marteau fond de trou (Ø 1 032 mm dans un sol majoritairement rocheux,
entre les cotes - 16,50 et
- 31,50 m ZH)
• Machine de forage de 280 t avec mât de 45 m le marteau, 7 compresseurs belges dont 1 en stand-by, de capacité 27 000 l/min à 15 bar ont été requis.

 

Après 4 mois de préparation, le premier pieu a été foré et le tube fiché dans 15 m de roche, en 2 à
3 heures de temps de forage effectif.
Les 450 m de rideau projetés ont ainsi pu être réalisés, non sans difficultés, en 5 mois ; les principales
difficultés étant le guidage et surtout le positionnement et l’attaque de la roche à l’aveugle sous 16 m
d’eau.


Thierry Hermges
Responsable technicocommercial
export chez Keller


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré vert
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

5000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 300

 

 

PARTICIPANTS

2600

 

 

 

© 2016-2021 Solscope
Réalisation : Jordel Médias Agence Web