Partager

Portrait d'entreprise

SOILCLOUD ENCLENCHE LA TRANSITION NUMÉRIQUE DE LA GÉOTECHNIQUE - <p>Tomasz Daktera (à gauche) et Lucas Janodet (à droite),<br />cofondateurs de SoilCloud, lors de la remise du trophée de<br />l’Innovation 2023.</p>
30/11/2023

SOILCLOUD ENCLENCHE LA TRANSITION NUMÉRIQUE DE LA GÉOTECHNIQUE


Créée en 2019, par Lucas Janodet, ingénieur géotechnicien, et Tomasz Daktera, docteur en géotechnique, la société
SoilCloud propose une solution informatique web complète, facilitant le travail de l’ingénierie géotechnique. La solution
SoilCloud est un système d’information géographique (SIG) associé à une architecture de base de données, auquel
s’ajoutent des utilitaires spécialement conçus pour les métiers de la géotechnique. Cette approche innovante permet à cette solution d’être utilisée par les principales ingénieries géotechniques françaises et confirme la position de spécialiste de la société dans ce segment.

UNE SOLUTION RECONNUE EN FRANCE…


Le groupe Fondasol, conscient des enjeux de structuration de ses données géotechniques, a été la première ingénierie en France à pleinement faire confiance à SoilCloud pour l’aider dans sa démarche de transition numérique. La fin de l’année 2020 a été dédiée au pré-déploiement de cette solution, pour une utilisation opérationnelle dès le début de l’année 2021.
En 2022, c’est le groupe Abo-Erg qui souscrit à la solution SoilCloud. Mais c’est en 2023 que le basculement s’opère avec le déploiement de la solution auprès des ingénieries Ginger CEBTP, groupe Géotec et Sémofi. Ce sont ainsi près de 1300 utilisateurs dans ces 5 entreprises, représentant 50 %
du marché total de l’investigation géotechnique qui utilisent SoilCloud pour traiter leurs données géotechniques. La profession, consciente du saut technologique qu’apporte cette solution, lui a attribué le trophée de l’Innovation Solscope dans le cadre du Salon de cette année.
La force de SoilCloud est d’être un éditeur de solutions informatiques pilotées par des experts en géotechnique avec une expérience significative en études géotechniques. Ainsi, les fonctionnalités proposées sont en accord avec les attentes du marché. L’outil du dépouillement de l’essai pressiométrique, conforme à la version de la norme NF EN ISO 22476-4 de juin 2022, illustre bien la volonté de l’entreprise de s’ancrer dans les pratiques françaises en ingénierie géotechnique.


… ET À L’INTERNATIONAL


Les fondateurs de SoilCloud ont un profil international. En effet, Tomasz Daktera est franco-polonais, parle couramment trois langues (polonais, français et anglais) et dispose d’expériences significatives au Royaume-Uni et en Pologne. Lucas Janodet, quant à lui, possède une expérience de 15 ans en dimensionnement d’ouvrages géotechniques sur des projets en France et à l’international et à acquis une expérience professionnelle en Nouvelle-Zélande. Cette ouverture internationale permet à leur société d’élargir ses services au-delà des frontières de la France. Cette ouverture internationale
impose d’adapter l’offre aux pratiques des autres pays. L’essai au pénétromètre statique (CPT) est un essai largement utilisé en Pologne. Ainsi, tout comme l’essai pressiométrique pour la France, un travail important a été mené pour proposer un outil complet de dépouillement de l’essai CPT adapté aux pratiques de la Pologne et des autres pays.
S’adapter aux pratiques des différents pays est un des enjeux de SoilCloud. Un des exemples est l’essai au pénétromètre standard (SPT) dont la pratique est différente d’un pays à l’autre, bien que cet essai soit « standard ». La pratique internationale consiste à compter le nombre de coups pour faire pénétrer la sonde de 3 incréments de 15 cm (N0, N1 et N2). Cependant, en Angleterre, la pratique est de compter le nombre de coups pour 6 incréments de 7,5 cm. Et pour finir, la pratique canadienne est de compter le nombre de coups pour 4 incréments de 15 cm (N0, N1, N2 et N3). SoilCloud ayant des clients dans ces pays, la structure de la base de données doit être conçue en amont pour s’adapter à ces spécificités locales. Au-delà de la France, la société a des clients au Royaume-Uni, en Pologne,
en Roumanie, au Maroc, au Sénégal et au Canada. Des discussions avec des prospects aux États-Unis, au Moyen-Orient et en Australie sont également engagées et devraient aboutir en 2024.
L’Association of Geotechnical & Geoenvironmental Specialists (AGS) a publié une norme pour le transfert électronique de données géotechniques et géoenvironnementales (Electronic Transfer of Geotechnical and Geoenvironmental Data – AGS4).
Cette norme est mondialement reconnue pour l’échange des données géotechniques. Pour SoilCloud, être compatible avec cette norme est indispensable afin de proposer une solution adaptée aux marchés étrangers. En France, de plus en plus de maîtres d’ouvrage imposent la restitution des données des campagnes d’investigations géotechniques sous format AGS. Dans ce contexte, les clients français de SoilCloud s’appuient sur son expertise pluridisciplinaire, géotechnique et informatique, pour délivrer à leurs maîtres d’ouvrage les fichiers AGS conformément aux spécifications de leurs marchés d’investigations. Lors de la remise du trophée de l’Innovation Solscope, Jacques
Robert, président du jury a déclaré : « Avec cette solution, la France est en avance sur le reste du monde : alors, profitons-en ! » Il est vrai que l’enthousiasme des 1 800 utilisateurs
et des prospects internationaux de SoilCloud est toujours au rendez-vous tant la solution a tout le potentiel pour changer en profondeur les pratiques internationales de l’ingénierie géotechnique. Grâce au déploiement de SoilCloud au sein de principales ingénieries française, la France est devenue un
exemple à suivre et se positionne comme un des pilotes internationaux incontournables en matière de transition numérique en géotechnique.


UN ÉLARGISSEMENT DE LA GAMME DE PRODUITS


En 2023, SoilCloud décide d’élargir sa gamme de fonctionnalités afin d’inclure d’autres métiers dans sa stratégie globale de transition numérique en géotechnique. Ainsi, le module dédié aux travaux de fondations spéciales, en coopération avec Spie Batignolles Fondations, est créé permettant de visualiser les paramètres de forages des pieux. Ce visualisateur est couplé avec une interface permettant de contrôler la production d’un chantier (cadence de forage et volume béton) et les données géotechniques du projet. Stratégiquement, il s’agit d’un ajout important pour SoilCloud, car il permet d’inclure les ingénieurs travaux dans le processus de transition numérique de la géotechnique.
Jusqu’alors seuls les ingénieurs études étaient concernés. Cette démarche d’inclure le maximum d’acteurs de la géotechnique est une volonté de SoilCloud, raison pour laquelle des modules spécifiques ont été développés ou sont en cours de développement. Nous pouvons citer, le module dédié aux sites et sols pollués, aux essais de terrassement (essai de plaque, essai proctor…) ou le module de dépouillement des essais laboratoire.


LES DERNIÈRES TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES AU SERVICE DE LA GÉOTECHNIQUE


Bien que SoilCloud permette de dépouiller des essais géotechniques, l’expertise de la société réside dans l’organisation des données géotechniques dans une base de données dédiée. La
structuration des données est un prérequis à toute valorisation d’un jeu de données. Dans tous les secteurs de notre quotidien, les données ont une valeur et il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement dans la géotechnique. Ainsi, la structuration des données avec SoilCloud ouvre un champ de possibilité infini. Ce qui est important de souligner, c’est que chacun des clients de SoilCloud reste propriétaire de ses données. Le rôle de SoilCloud est de proposer des fonctionnalités pour que chacun de ses clients tire profit de leurs données. Ainsi, aucun commerce ni utilisation des données n’est fait. Pareillement, un jeu de données appartenant à un client A n’est jamais cédé à un client B. Ce principe est fondamental parce qu’il assure la neutralité de SoilCloud sur les données stockées dans sa base
de données. La structuration des données permet d’accéder aux technologies les plus avancées en matière de science de l’informatique : big data, machine learning, intelligence artificielle…
Grâce à SoilCloud, un client pourra bientôt prédire, en se basant sur un jeu de données existant, les résultats d’essais en y affectant un indice de confiance. Les campagnes d’investigations géotechniques pourront alors être optimisées pour se concentrer que sur les zones à fort aléa. Dans le secteur des fondations spéciales, les entreprises de travaux pourront anticiper de manière plus fiable les cadences et les surconsommations dans des horizons géologiques spécifiques en étudiant automatiquement les retours d’expérience réalisés sur les chantiers précédents.
Les technologies web permettent également un inter-échanges de données suivant le protocole Application Programming Interface (API). Ce principe permet à un système de consulter
des données hébergées sur un serveur tiers. Dès le début de son développement, la société SoilCloud a prévu de tels connecteurs, ce qui permet de récupérer sur son interface les
informations venant d’organismes publics, tels que Infoterre, le BRGM, le cadastre… Cette norme est largement utilisée de par le monde et SoilCloud prévoit d’étoffer la liste des services
publics visibles sur son interface, en particulier au Canada, en Australie et en Angleterre.

 

Tomasz Daktera, président SoilCloud
Lucas Janodet, directeur général SoilCloud


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré bleu
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

6000

 

 

EXPOSANTS

190

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 500

 

 

PARTICIPANTS

3000

 

 

 

© 2016-2024 Solscope