SOLSCOPE OUVRIRA SES PORTES LES 23 ET 24 JUIN 2021 AU PARC EUREXPO DE LYON DANS LE STRICT RESPECT DU PROTOCOLE SANITAIRE.
Partager

Interviews

AYMERIC BOFFA LES AMBITIONS DU CFMS* JEUNES - <p>Lors de la 1re journée scientifique et technique organisée par le CFMS Jeunes en avril dernier.</p>
12/06/2019

AYMERIC BOFFA LES AMBITIONS DU CFMS* JEUNES


AymericBoffa,président du CFMS Jeunes.

Mise en réseau de jeunes géotechniciens de tous horizons, ouverture sur l’international, enjeux environnementaux, innovations, organisation de journées techniques…, les objectifs du CFMS Jeunes que préside Aymeric Boffa sont multiples.

En commençant sa formation d’ingénieur généraliste à l’École centrale Paris, Aymeric Boffa n’avait pas envisagé de direction particulière, si ce n’est que le BTP semblait lui promettre d’y faire des choses concrètes et d’avoir un impact sur ce qui l’entoure. Sa rencontre avec la géotechnique est le fruit du hasard. Il avait bien eu quelques cours d’introduction dans son cursus de centralien, mais qui ne lui permettaient en rien d’imaginer ce que travailler dans ce domaine supposait. Sa découverte de la géotechnique au cours d’un stage sur un chantier en Irlande se double d’un coup de coeur. Il est séduit par ce domaine si peu figé, où règnent les incertitudes. « Tout est changeant d’un lieu à l’autre », s’exalte-t-il. Cette révélation conduit le jeune Aveyronnais à entreprendre sciemment un second stage de fin d’études chez Soletanche Bachy. À l’issue de ce dernier, il intègre le bureau d’études techniques de l’entreprise, service qu’il n’a plus quitté depuis.
Conquis par la diversité des travaux géotechniques, le jeune homme de 28 ans décrit avec enthousiasme les travaux hors normes sur lesquels il travaille depuis 3-4 ans pour les chantiers du Grand Paris. Peu après son arrivée dans l’entreprise, il a adhéré au CFMS, curieux de découvrir la façon dont les autres acteurs vivent la géotechnique. Désireux de s’impliquer, il n’avait pas prévu pour autant d’être propulsé président du CFMS Jeunes à sa création en 2018 ! Qu’à cela ne tienne : il prend à coeur sa mission, avec l’ambition, explique-t-il, de faire « décoller le Comité Jeunes ».
Le CFMS Jeunes ne dispose pas de statut juridique propre et s’apparente à un groupe de travail organisé en sous-commissions. Ses objectifs sont multiples. « Le but est d’utiliser le canal CFMS pour porter les idées des jeunes générations de géotechniciens, ce qui converge avec la volonté de renouvellement du CFMS que pilote la direction de l’organisation », commente Aymeric Boffa. Le
président du Comité Jeunes est régulièrement invité au conseil d’administration du CFMS, sans pouvoir de vote. À ce jour, le Comité compte une cinquantaine de membres et reçoit régulièrement des nouvelles demandes.
L’adhésion peut être une démarche individuelle, mais les jeunes qui rejoignent le CFMS ont le plus souvent le soutien de leur entreprise. En effet, si être membre n’impose aucune contrainte, il paraît impossible de s’impliquer activement dans les groupes de travail et les événements sans l’appui de son employeur.
Le prérequis est l’adhésion au préalable au CFMS. Rejoindre le CFMS Jeunes est ensuite une formalité, sous réserve d’être en deçà de la limite d’âge, fixée à 35 ans. « Nous avons parmi nos membres, observe Aymeric Boffa, ceux qui viennent d’entrer dans la vie active et ceux qui peuvent déjà partager 10 ans d’expérience. »
Il poursuit : « Les jeunes professionnels ont, en début de carrière, la tête exclusivement dans leur entreprise. Le rôle du Comité Jeunes est à la fois de permettre de créer plus de liens entre jeunes géotechniciens qui n’ont pas forcément rencontré des personnes en dehors de leur entreprise et de faire entendre les aspirations de la jeune génération. Sa vocation est de nourrir, favoriser la construction de ces réseaux, indépendamment des conflits d’intérêts d’entreprise, en donnant l’occasion d’échanger de façon sereine. Notre volonté est de participer activement aux événements du CFMS, de la profession, aux congrès européens, internationaux. »
Aymeric Boffa rappelle que les attentes des jeunes membres ont été présentées et formalisées à

l’occasion des 70 ans du CFMS, en octobre 2018. « Nous aspirons à une ouverture sur toute la communauté géotechnique, à plus de partage de connaissances, à l’échelle européenne et internationale. Par exemple, les notes de calcul ou les machines ont peu évolué en France depuis 40 à 50 ans, même si l’informatisation a beaucoup fait bouger les choses. Quand on voit ce qui se passe dans le transport, l’industrie, on voudrait le même genre d’évolution dans notre domaine. Nous souhaitons également une meilleure prise en compte de l’écologie, pour mieux poser les enjeux de préservation de la ressource et de la biodiversité. Notre génération a grandi avec ces soucis de préservation. Or dans le BTP en général et dans la géotechnique en particulier, nos membres
considèrent que ces sujets sont encore trop annexes. Nous sommes aussi attentifs aux avancées de la numérisation des sous-sols. Par exemple, sur le Grand Paris, énormément de données sont acquises grâce à de nouveaux outils ; comment allons-nous les traiter ? De l’acquisition des données à l’exploitation des données, il y a un énorme enjeu ; nous voulons en être pleinement partie prenante. On pourrait citer bien d’autres exemples. »
Malgré l’absence de statuts, ce CFMS Jeunes reprend l’organisation d’une association classique. Le président est entouré d’un secrétaire, d’un trésorier et de délégués. Le Comité s’est organisé en 4 pôles, avec à la tête de chacun d’entre eux deux délégués chargés d’en coordonner les actions, la dynamique globale reposant sur la motivation de tous les membres. Le pôle communication promotion a lancé une page LinkedIn et travaille avec le service communication du CFMS. Le deuxième pôle est dédié aux relations internationales. Le troisième a en charge les événements et les journées techniques ; c’est lui qui a piloté l’organisation de leur première journée technique qui s’est tenue le
3 avril dernier, en partenariat avec le groupe jeunes de l‘Association française du génie parasismique (AFPS), sur le thème « À la frontière de la géotechnique et de la parasismique ».
« La thématique a été choisie après un sondage des centres d’intérêt des membres, une méthode qui illustre à la fois le fonctionnement du Comité et les attentes des membres. D’autres événements sont prévus : on réfléchit par exemple à un événement sur l’histoire et la géotechnique », ajoute Aymeric Boffa. Enfin, un quatrième pôle fait le lien avec la commission technique du CFMS pour s’assurer qu’au moins un des membres jeunes du CFMS participe à chaque groupe de travail du CFMS.
Une conviction anime le jeune président : la géotechnique doit être visible auprès du grand public. Les travaux du Comité et plus largement ceux du CFMS veulent y contribuer.
* Comité français de mécanique des sols et de géotechnique.


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré bleu
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

5000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 300

 

 

PARTICIPANTS

2600

 

 

 

© 2016-2021 Solscope
Réalisation : Jordel Médias Agence Web