Partager

Zoom technique

DES CHAUSSETTES EN TEXTILES TECHNIQUES EN LIEU ET PLACE DES TUBES ACIERS,  UNE SOLUTION ÉCONOMIQUE ET ÉCOLOGIQUE - <p>Parmi les problématiques à résoudre au départ : trouver le bon textile, le bon fil et le tricotage adéquat pour résister aux pressions du béton.</p>
05/07/2022

DES CHAUSSETTES EN TEXTILES TECHNIQUES EN LIEU ET PLACE DES TUBES ACIERS, UNE SOLUTION ÉCONOMIQUE ET ÉCOLOGIQUE


L’un des avantages de ces chaussettes : le gain de place, notamment pour le transport.

Après plusieurs années de recherche et développement, Olivier Balas, Alexandre Saunier et Loïc Alirand ont mis au point des chaussettes à béton pour venir se substituer aux tubes acier utilisés dans les fondations spéciales. Une alternative qui se veut économique, plus sécuritaire et qui permet de réduire significativement l’empreinte environnementale.

Chab est l’aboutissement d’un projet R&D collaboratif, né il y a une petite dizaine d’années, qui a été mené par les sociétés Balas Textile SAS, SMB Bord Cote SAS et CTMI SAS. «Mon entreprise Balas Textile a été contactée à différentes reprises par des acteurs des fondations spéciales pour que nous leur proposions une solution. Je me suis donc rapproché d’Alexandre Saunier, président de SMB Bord Cote qui tricotait déjà des chaussettes pour les micropieux, mais pas pour des pieux de grandes dimensions. Nous nous sommes rendus sur des chantiers pour bien comprendre les problématiques. Puis, Loic Alirand, président du groupe GLS dont fait partie la société CMTI nous a rejoints. Nous sommes trois entreprises complémentaires et nous avons donc cherché comment apporter une réponse aux entreprises de fondations lorsqu’elles doivent mettre en place des pieux dans des terrains problématiques», raconte Olivier Balas, CEO de Chab SAS.

L’objectif du projet a été de développer une solution de substitution aux tubes aciers utilisés dans la technique des pieux forés tubés utilisés pour réaliser les fondations des infrastructures, qu’il s’agisse de bâtiments, d’ouvrages d’art érigés sur des zones à faibles résistances comme les anciennes carrières, les zones karstiques ou les tourbeuses, en utilisant des tissus techniques. «Notre idée? Le textile au service du TP», précise le CEO de Chab SAS.

 

DE LA RECHERCHE À LA NAISSANCE DE CHAB SAS

 

Les trois entreprises ont ainsi commencé à travailler et chercher à résoudre différents points durs. Comme l’explique le président de Chab SAS, «il fallait trouver une solution pour que le textile résiste à la pression du béton, mais aussi un fil adapté aux différentes contraintes». Les premiers essais ont donc été menés pour que le textile résiste à cette pression avant même sa mise au sol. «Nous avons commencé par mettre sous pression avec de l’air, puis avec du liquide, et enfin avec du béton pour voir également comment se passait le ressuage», poursuit-il.

La solution a été trouvée dans le tricot circulaire en fibre technique qui servira de moule souple pour le coulage du béton. «Avec un tricot circulaire, la répartition des forces est la même partout. De plus, nous avons trouvé une solution pour que la chaussette soit exempte de coutures. Cela évite également les risques de rupture», explique Olivier Balas. Les trois associés ont donc déposé des brevets et créé une société. «Il était important de créer une structure ad hoc pour poursuivre le développement et mettre en place la production.» C’est ainsi que Chab SAS a vu le jour.

Dans le cadre d’un projet R&D financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et en partenariat avec l’INSA Lyon, l’entreprise a d’ores et déjà réalisé des simulations physiques de fondations profondes pour étudier son comportement mécanique. «Avec l’INSA Lyon nous avons fait des essais physiques pour simuler une colonne de 30m de béton, nous avons ainsi validé la résistance de la chaussette sur une longueur de pieu supérieure à la longueur courante, et nous sommes prêts à mettre en œuvre à court terme cette solution in situ.»

 

UNE SOLUTION ÉCONOMIQUE ET ÉCOLOGIQUE

 

Cette innovation est performante et a d’ailleurs été récompensée du premier prix toutes catégories des Innov’Day TP 2021  après avoir remporté le premier prix de la catégorie «Green Technology». «Cette solution est une rupture technologique pour le secteur du génie civil qui répond aux contraintes techniques et aux problématiques de coûts grâce, notamment, à sa facilité de mise en œuvre et à la substitution de l’acier; elle réduit très fortement l’impact environnemental inhérent aux techniques existantes et soulevées par les spécialistes des fondations spéciales», souligne Olivier Balas. En effet, le textile a un pH neutre et il pollue significativement moins, ce qui est aujourd’hui un élément important pour les entreprises concernées et les maîtres d’ouvrage. Et l’empreinte environnementale est également considérablement réduite avec le transport.

Autre atout, sa mise en œuvre nécessite moins de personnels que lorsqu’il s’agit de pieux tubés, et cela est plus sécuritaire. «Nous prévoyons un kit de mise en œuvre qui sera réutilisable. Notre objectif est d’apporter une solution complète aux acteurs du TP.» Pour l’instant Chab SAS a travaillé sur un diamètre standard de pieux, mais prévoit de développer des chaussettes pour d’autres diamètres. «L’avantage du textile, c’est sa capacité de déformation. Nous aurons donc des chaussettes pour du diamètre 60-80, d’autres pour du 80-120, et enfin les dernières en diamètre 100-120», décrit Olivier Balas. L’objectif n’est pas d’éliminer les pieux tubés du monde des fondations profondes, mais d’apporter une solution là où leur mise en œuvre est compliquée. «Nous allons commencer la commercialisation en France en 2022; nous mettons en place tout l’outil de production et recrutons pour cela. Nous souhaitons à présent pouvoir associer un maximum d’acteurs du BTP pour collaborer avec eux», conclut le CEO de Chab SAS.

 

UNE SOCIÉTÉ, TROIS HOMMES COMPLÉMENTAIRES

 

Olivier Balas est acteur depuis plus de 30 ans dans le textile technique et fondateur de Balas Textile en 2001 dont il est le président. L’activité de l’entreprise est orientée sur des savoir faire très particuliers qui répondent aux besoins d’utilisateurs civils et militaires dans le domaine de la protection individuelle. Il est le CEO de Chab SAS.

 

Loïc Alirand est pour sa part président du groupe GSL et responsable commercial de Chab SAS. GSL est un groupe spécialisé dans les textiles techniques, avec notamment la société CTMI qui est spécialisée dans les matériaux composites hautes performances à base de fibres de carbone et verre quartz associées aux résines thermodures.

Quant à Alexandre Saunier, il est président de SMB Bord Cote, une entreprise spécialisée dans le tricotage technique depuis plus de 25  ans. L’entreprise réalise 4  technologies de tricotage : tricotage circulaire petit diamètre, tricotage rectiligne, mailles techniques et bouclettes polaires. L’entreprise dispose du plus grand parc de machines à tricoter français avec pas moins de 140 machines réparties sur deux sites industriels ce qui lui permet de travailler sur 35 secteurs d’activité différents. Alexandre Saunier est responsable technique de Chab SAS.

C’est grâce au savoir-faire de ces trois entreprises et des hommes qui les mènent que Chab SAS et ses chaussettes à béton pour les fondations spéciales ont pu être développés.

 

Maylis Roizard


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré jaune
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

6000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 500

 

 

PARTICIPANTS

3000

 

 

 

© 2016-2022 Solscope