Partager

France

CRÉATION D'UN APPONTEMENT POUR DES BATEAUX SUR LE RHÔNE À ARLES
17/02/2023

CRÉATION D'UN APPONTEMENT POUR DES BATEAUX SUR LE RHÔNE À ARLES


Une partie des équipes de chez Maïa Fondations a été mobilisée durant 7 mois sur le chantier de création d’un appontement pour des bateaux de croisière sur le Rhône à Arles (13).

Le projet consistait à créer un poste d’amarrage pour deux bateaux de croisières de 135 mètres, une protection de berge sous-marine en gabions, un ponton flottant, des passerelles de débarquement et leurs structures métalliques, un renforcement du mur de quai existant, une voirie d’accès et son mur de soutènement. Le planning particulièrement contraint a été respecté malgré certains aléas géotechniques et des problématiques d’approvisionnement de matière. La principale difficulté du chantier résidait dans l’enchainement de tâches et plus particulièrement de méthodes très différentes. « Nous passions de la réalisation de tirants en nautique à des micropieux puis à du battage pour terminer par de la pose de gabions et de passerelles. Sans oublier le bétonnage des appuis de passerelle dans l’eau », souligne un des responsables du chantier.  

 

Zoom sur une technique : la réalisation des appuis de passerelle dans le Rhône  

 

Les supports des passerelles d’accès au quai ne pouvaient pas être fixées sur des tubes vibrofonçés dans le lit du Rhône car la stabilité du mur de quai tout proche ne permettait pas l’emploi d’un matériel puissant de battage. C’est pourquoi la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), maitre d’ouvrage de ce chantier, a choisi de réaliser des appuis sur micropieux, surmontés d’un massif béton coulé en place puis d’une structure métallique. Avant de réaliser les appuis, les équipes de chez Maïa Fondations a purgé les zones à la pelle depuis le ponton car il subsistait des anciens pieux en bois et des blocs. Les micropieux ont été réalisé dans des coffrages béton préfabriqués. « Nous avons eu beaucoup de difficultés lors des forages à cause de la présence de vestiges (blocs) et avons dû changer de méthode de forage. L’atelier était situé sur barge et constitué d’une glissière sur pelle. Une fois les micropieux réalisés nous avons descendu les cages d’armatures et bétonnés en hydro-béton », continue l’un des responsables. Par la suite les appuis de passerelles ont été posé toujours depuis l’atelier sur barge munis d’une grue de 90 tonnes.  

 

Le chantier en chiffres :

 

– 5 Ducs d’Albes de 26 mètres / 17,5 tonnes ;

– 1800 m² de gabions sous-marins ;

– 1200 mètres de tirants pour le mur de quai ;

– 260 mètres de micropieux diamètre 150 mm pour les appuis de passerelles ;

– 14 tonnes de structure métalliques pour passerelles ;

– 70 mètres linéaire de passerelles ;

– 2 murs de soutènements de 45 mètres.


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré vert
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

6000

 

 

EXPOSANTS

190

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 500

 

 

PARTICIPANTS

3000

 

 

 

© 2016-2024 Solscope