Partager

France

DOSSIER SPÉCIAL DIGUES ET OUVRAGES DE PROTECTION (2NDE PARTIE) - <p>© SYMADREM Digue à la mer aux Saintes-Marie-De-La-Mer</p>
22/06/2023

DOSSIER SPÉCIAL DIGUES ET OUVRAGES DE PROTECTION (2NDE PARTIE)


© SYMADREM

Dans le no 21 de Solscope Mag (novembre 2022), nous vous présentions la première partie d’un dossier consacré aux digues et ouvrages de protection. Comme nous l’avions précisé alors, la seconde partie du dossier est à découvrir aujourd’hui dans ce no 22.

Cette seconde partie débute par une technique innovante, à savoir le procédé Biocalcis développé par la société Soletanche Bachy, qui est un nouveau procédé d’injection de sol par voie biologique, qui conduit à la formation de calcite (carbonate de calcium), et qui cimente les grains de sols entre eux, permettant d’apporter de la cohésion au sol traité sans en modifier la perméabilité. Cette technique a fait l’objet d’un programme de recherche en partenariat avec la CNR et EDFCIH : le projet Boreal. Son objectif a été de tester l’effet de cette technique sur l’érosion interne des digues et de leur fondation. L’article en présente les principaux résultats.
L’article du Cerema fait de son côté un point sur la réglementation des ouvrages de protection contre les inondations qui s’est structuré progressivement après les inondations de la Camargue en 1993 et 1994 pour aboutir à la création en 2014 de la compétence Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI), attribuée au bloc communal (communes/intercommunalités). L’article présente les principaux contours du décret Digues de 2015 modifié, les arrêtés pris en application, ainsi que le rôle des collectivités et des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) dans la gestion des ouvrages hydrauliques de protection contre les
inondations.

Le troisième article rédigé par deux représentants de l’IRSTEA s’intitule « Comportement des géosynthétiques bentonitiques dans les digues de retenue des eaux pluviales ». Il détaille les travaux de 4 digues de retenue des eaux pluviales dans l'ouest de la France, qui ont été étanchées par des géosynthétiques bentonitiques (GSB) confinés par une couche d'argile sableuse à silex. Ce retour d’expérience rappelle la sensibilité importante de certains composants ou techniques d’intervention et la nécessité d’avoir, quand cela est possible, des conceptions robustes pour s’affranchir de certains
aléas de réalisation.

Cette seconde partie du dossier se conclut par une présentation consacrée
à un chantier d’injection. L’article décrit l’intervention de Keller sur les travaux souterrains d’un tunnel existant qui était anciennement l’entrée du déposeminute pour véhicules légers et de la desserte taxi de la gare de Lyon-Part-Dieu. Un chantier en site urbain avec ses contraintes et ses techniques
d’auscultation.

 

Bonne lecture à tous,

 

Thibaut Mallet
Directeur général du Symadrem


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré bleu
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

6000

 

 

EXPOSANTS

190

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 500

 

 

PARTICIPANTS

3000

 

 

 

© 2016-2024 Solscope