SOLSCOPE OUVRIRA SES PORTES LES 23 ET 24 JUIN 2021 AU PARC EUREXPO DE LYON DANS LE STRICT RESPECT DU PROTOCOLE SANITAIRE.
Partager

France

NUITS BLANCHES SUR LE PÉRIPHÉRIQUE LYONNAIS POUR SOLETANCHE BACHY ET SEFI-INTRAFOR
01/11/2016

NUITS BLANCHES SUR LE PÉRIPHÉRIQUE LYONNAIS POUR SOLETANCHE BACHY ET SEFI-INTRAFOR


Forage avecmachine àgabarit réduitMC-4D dans lagalerie à air frais.
Vue 3D des tirs d’injection au niveau d’un intertube.

En 1999, la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc a fait
évoluer les réglementations françaises et européennes en
matière de sécurité. Dans ce cadre, la métropole du Grand
Lyon a engagé de lourds travaux dans les quatre tunnels
du boulevard périphérique nord. Soletanche Bachy et
Sefi-Intrafor sont intervenus sur le projet pour traiter le terrain
par injection avant le percement de nouveaux intertubes.
Un chantier complexe, notamment côté logistique, avec
des travaux essentiellement de nuit et des amenés-replis
quotidiens du matériel.

Les travaux de mise en sécurité des tunnels du périphérique nord ont commencé début 2016 et sont
prévus jusqu’au printemps 2018. Ils prévoient :

  • la création d’issues de secours supplémentaires ;
  • une augmentation du niveau de tenue au feu des ouvrages ;
  • l’amélioration des systèmes d’évacuation des fumées ;
  • le renouvellement des équipements de sécurité (réseau d’appels d’urgence, détection d’incendie…).

Un groupement – Razel-Bec / Satelec – a été mandaté pour réaliser l’ensemble des travaux de mise aux normes, épaulé par un certain nombre de prestataires pour les missions spécialisées.
Sur les 13 nouveaux intertubes (le double de ceux existants actuellement) à créer pour réaliser des
issues de secours supplémentaires, 4 sont dans des terrains alluvionnaires sous nappe : il était donc
nécessaire de réaliser un traitement du terrain par injection avant de percer les tunnels. Le groupement Soletanche Bachy / Sefi-Intrafor a été choisi pour prendre en charge ces travaux spécialisés, afin de créer une coque étanche pour creuser le tunnel sans arrivée d’eau.

 

UNE LOGISTIQUE IMPRESSIONNANTE

 

Pour des raisons de sécurité des usagers et des équipes travaux, une fermeture complète des ouvrages est nécessaire pendant toute la durée des travaux, les nuits de semaines (de 21 heures à 6 heures, avec fermeture progressive des bretelles d’accès dès 20 h 30), certains week-ends et durant cinq semaines complètes en été 2016 et en été 2017.
Chaque soir, à 21 heures, un convoi minuté part de la base pour gagner les postes de travail. À 5 heures du matin, les convois repartent direction la base vie afin de laisser place aux balayeuses pour le nettoyage des voiries avant la réouverture à 6 heures. Il fallait donc amener et replier le matériel toutes les nuits. La logistique, aspect primordial pour réaliser les travaux dans les meilleures conditions, a dû être minutieusement préparée.
Une partie importante se joue le jour. À cet effet, une équipe était dédiée à la préparation du convoi,
pour le ravitaillement et l’entretien des engins, et les quantités nécessaires en matériaux (bentonite,
ciment…), ainsi qu’en matériel (raccord, vannes pour le SAS, tubes à manchettes…). Cette équipe a
été indispensable au bon déroulement des travaux de nuit.
Le matériel de forage et les centrales d’injection étaient, quant à eux, sur 6 semi-remorques et porte-chars, accompagnés de 5 nacelles, 4 camionnettes, quelques véhicules légers et des roulottes.

 

DU MATÉRIEL ADAPTÉ À DES CONDITIONS HORS NORMES

 

Si les forages se faisaient d’une part dans les tunnels empruntés par les véhicules, donc accessibles facilement, ils se faisaient également dans les galeries à air frais situées… sous la route ! Dans les tunnels, les foreuses étaient donc amenées chaque jour sur porte-char, et les ateliers installés sur des semiremorques. Pour les travaux dans les galeries, il a fallu utiliser deux foreuses à gabarit réduit (MC4D) et des centrales mobiles que les équipes ont dû démonter pour pouvoir les descendre sous la route par un accès aménagé à l’une des extrémités du tunnel avec un treuil d’une capacité maximum de 2,5 tonnes et une hauteur limitée à 2 mètres, avant de les acheminer sur quelques kilomètres jusqu’aux différents sites du chantier.

 

DES FORAGES SOUS SAS SPÉCIFIQUES


Tous les forages se sont faits sous BOP SAS (SAS Blow Out Preventer : accessoire pour forer sous nappe en reprenant la compression) en roto-percussion, à 10 mètres de profondeur et en diamètre
89 millimètres.
Un carottage préalable des voussoirs, sans débouchage, était d’abord réalisé avant le forage.
Les sas étaient ensuite installés, puis le forage réalisé. La phase d’injection pouvait être lancée, en deux temps : d’abord du coulis de bentonite ciment ; puis des injections de gel à base de silicate.

 

UN ENCADREMENT SÉCURITÉ RENFORCÉ


Si les deux entreprises veillent au quotidien aux impacts de leurs chantiers en termes de qualité,
de sécurité et d’environnement, un chantier comme celui-ci, impliquant entre 40 et 60 personnes
chaque nuit sur 6 à 7 ateliers différents, a nécessité une grande implication de l’encadrement sur
la sécurité. Les services prévention de Soletanche Bachy et de Sefi-Intrafor ont été présents chaque
semaine, en alternance, pour épauler les équipes et veiller à ce que le chantier soit réalisé dans les meilleures conditions de sécurité.

 

Aude Moutarlier
en collaboration avec Sefi-Intrafor


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré rouge
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

5000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 300

 

 

PARTICIPANTS

2600

 

 

 

© 2016-2021 Solscope
Réalisation : Jordel Médias Agence Web