Partager

France

QUIBERON : LE PORT DE PLAISANCE PORT-HALIGUEN FAIT PEAU NEUVE
01/06/2019

QUIBERON : LE PORT DE PLAISANCE PORT-HALIGUEN FAIT PEAU NEUVE


Vue aérienne de l’actuel port.

À gauche, Mathieu Logan, responsable des travaux sur le site.
Pose des palplanches.
Plan masse du port actuel.


La Compagnie des ports du Morbihan a démarré des travaux de modernisation de Port-Haliguen, le port de plaisance de Quiberon en Bretagne. Pour un montant de 20 millions d’euros, un nouveau bassin à flot et de nouveaux commerces et stationnements sont prévus. Visite de ce projet qui devrait être prêt à accueillir les voyageurs sous son nouvel aspect en 2020.

Situé dans la baie de Quiberon, au sud de la Bretagne, Port-Haliguen est un port de plaisance important pour les plaisanciers, avec plus de 1 100 accostages et 11 000 nuitées par an. Initialement construit pour les bateaux de pêche, le port a été intensivement sollicité en termes de croissance ; l’infrastructure et les installations du port ont dépassé leurs limites, et l’envasement naturel a rendu les bassins du port trop bas pour les grands bateaux.
Pour ces raisons, la Compagnie des ports du Morbihan, maître d’ouvrage, qui gère Port-Haliguen, a souhaité entamer un vaste et ambitieux projet de rénovation. Cette réhabilitation consiste en une grande opération de dragage de la darse de Castéro (bassin ouest) puis de la darse du Pongo (bassin est) ; en un réaménagement complet des quais, des pontons et des locaux commerciaux ; en la création d’un coeur de vie autour du bassin, afin d’améliorer l’accueil des plaisanciers, de valoriser le port et de renforcer son identité ; et en une extension mesurée du nombre de places du port.

 

MISE EN OEUVRE


Eiffage Travaux Maritimes et Fluviaux (ETMF), en collaboration avec Vinci Construction Maritime et
Fluvial et Marc SA, a été retenu pour l’exécution de la partie maritime des nouvelles infrastructures grâce à sa solution variante permettant au maître d’ouvrage de disposer, d’une part, de l’ensemble des pontons plaisance à l’été 2018, et d’autre part, de disposer d’une zone de refoulement pour les dragages futurs du bassin est. Les travaux ont débuté fin 2017 et font appel à une large panoplie
d’activités afin d’aboutir à fin 2019 au réaménagement de la partie maritime du port de plaisance.
Les tâches à réaliser par ETMF concernent donc la création de 2 épis déflecteurs à l’entrée du port et s’appuyant sur les 2 digues existantes ; le dragage des vases de la darse de Castéro (bassin ouest) ; le recépage des pieux guides existants et non conservés de la darse de Castéro ; la mise en place de nouveaux pieux guides pour le réagencement des pontons plaisance de la darse de Castéro et de la darse du Porigo ; la construction d’un quai, d’un terre-plein, d’un seuil amovible et d’une digue submersible pour la création d’un bassin à flot incluant le vieux port et le nouveau bassin du Mané ; la construction de deux quais en avant des berges existantes sur lesquels s’appuieront les extensions de terre-pleins de la darse de Castéro ; la construction d’une grille d’échouage au niveau du môle central.

 

OUVRAGES ET MÉTHODOLOGIES D’EXÉCUTION – DARSE DU PORIGO

 

Afin de recevoir de nouveaux pontons de pêche et de plaisance le long de la digue est et du môle central, 7 pieux de guidage en acier soudé et galvanisé (diamètre 762 mm, épaisseur 19 mm), de
longueur variant de 15 à 19 m, ont été mis en place par voie maritime à l’aide du ponton Eiffage 19
et de sa grue à chenilles de 50 t. Les pieux sont vibrofoncés puis battus jusqu’au toit du substratum
rocheux (granite). Ils sont ensuite trépanés au moyen d’un trépan airlift sur une profondeur de 3 diamètres, puis surbattus jusqu’au fond du forage avant d’être obturés en tête.

 

BASSIN À FLOTS ET TERRE-PLEIN N°3


Le bassin à flot et le terre-plein n°3 comprennent :

  • la réalisation d’une piste d’accès en matériaux de carrière afin de permettre l’exécution par voie terrestre du mur de quai et des travaux de déroctage ;
  • le déroctage et déblaiement de la zone comprise entre la digue submersible et les futurs quais au moyen d’une pelle à chenilles de 35 t équipée d’un brise-roche hydraulique ;
  • la construction d’un rideau mixte autostable ancré dans le substratumrocheux au moyen
    d’une grue à chenilles de 130 t équipée d’un mât de forage de 24 m et assistée d’une grue
    à chenilles de 50 t.

Le rideau est composé de pieux en acier soudé spiralé non revêtus (diamètre 863 mm, épaisseur 15 mm, nuance S355) de longueur 9,65 m, et de paires de palplanches métalliques type Al. 18-700 de longueur 5,50 m. Les pieux métalliques sont mis en place au moyen de la grue à chenilles de 130 t et d’un marteau fond de trou. Ils sont foncés sur une profondeur de 3 diamètres sous le niveau du toit du substratum rocheux (granite). Les palplanches sont mises en place par trépidation jusqu’au refus au moyen de la grue à chenilles de 50 t.

 

TERRE-PLEINS N°2 ET N°1 – QUAI NORD DU BASSIN


Les structures des quais mises en place pour les terre-pleins 1 et 2 et pour le quai nord du bassin à flot sont les suivantes :

  • double rideau de soutènement mixte (pieux acier non revêtu diamètre 863 mm et palplanches type Al. 18-700 de longueur variable) permettant le stockage ultérieur, des sédiments à draguer dans le bassin est ;
  • les pieux sont ancrés de 3 diamètres dans le substratum rocheux granitique ;
  • les palplanches sont battues jusqu’au refus ;
  • chaque rideau mixte est équipé d’une poutre de couronnement béton armé en tête permettant
    de faire transiter les efforts en tête de rideau dans la dalle de liaison entre les 2 rideaux.

Les travaux seront exécutés par voie terrestre et maritime. Sur TP2 l’atelier terrestre est composé de la grue à chenilles de 130 t avec son mât de forage et son marteau fond de trou, progressant à l’avancement grâce à un platelage disposé sur la double file de pieux du rideau mixte. Cet équipement
comprend également la grue à chenilles de 50 t sur ponton Eiffage 19 pour tous les travaux préparatoires. Les pieux seront approvisionnés par voie maritime grâce à un ponton de servitude. Pour le double rideau de TP1, les travaux des pieux seront réalisés entièrement par voie maritime avec la
barge Oléron en raison de l’inaccessibilité de la zone de travail par voie terrestre.

Ses deux bassins portuaires sont en cours de dragage, les quais et pontons sont complètement réaménagés et des ancrages supplémentaires vont être installés.
Dans un premier temps, l’objectif est d’enlever plus de 50 000 m3 d’argile dans les bassins. Cette argile sera utilisée comme matériau de remplissage dans un nouveau parking devant être construit.
Les parties prenantes du projet sont Vinci Construction Maritime et Fluvial et Eiffage TMF. Les fondations du port sont construites sous la forme d’un mur mixte, où des pieux d’acier sont forés dans le fond marin pour servir de structures porteuses, et où des tôles d’acier sont installées entre elles pour former un mur. Sous la direction de Taha Laissaoui, directeur commercial, et Kari Juntunen, spécialiste en fondations, Robit a réussi à fournir les solutions techniques pour l’installation des pieux Combi-Wall tout au long du bassin du port. « Ensemble, avec Vinci, nous avons trouvé la meilleure solution globale, y compris les équipements et les modes d’exploitation. Notre collaboration a été un grand succès », se félicite Taha Laissaoui.

 

Aude Moutarlier en collaboration
avec Taha Laissaoui, directeur des
exportations chez Robit Filande.


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré rouge
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

6000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 500

 

 

PARTICIPANTS

3000

 

 

 

© 2016-2022 Solscope