Normalisation/ réglementation

JET-GROUTING : LA NOUVELLE NORME ARRIVE !
01/04/2019

JET-GROUTING : LA NOUVELLE NORME ARRIVE !


Foreuse en cours de jet-grouting – méthode triple.
Échantillon de classe A.
Échantillon de classe C.
Centrale de jet-grouting.
Contrôle du coulis de jet-grouting.
Colonnes de jet-groutingexposées pour mesurede diamètre.

Procédé de déstructuration hydraulique, de mélange et de substitution partielle d’un sol (ou d’une roche tendre) par un jet à haute énergie cinétique, le jet-grouting est né à la fin des années 1950 au Royaume-Uni, mais n’a trouvé son essor que dans les années 1970, après que les Japonais ont repris le principe et adapté la technologie. Depuis, le procédé a évolué et divers systèmes sont apparus (jet simple, double et triple).

La technique s’est rapidement répandue en Europe et est devenue incontournable dans les travaux géotechniques spéciaux. Malgré le fait que le terme grouting signifie « injection » en anglais, il ne s’agit pas d’une technique d’injection à proprement parler (couverte par l’EN 12715).

 

LA NORME EUROPÉENNE EN 12716


Dans le cadre de la normalisation européenne des procédés d’exécution de travaux géotechniques, la norme EN 12716 relative aux « colonnes, panneaux et structures de sol-ciment réalisés par jet » a vu le jour en 2001. Cette dénomination est la traduction française de l’appellation « jet-grouting »,
expression anglophone non acceptée dans la version française du document de l’époque.
En 2017, après 15 ans d’application, la révision de l’EN 12716 est votée par les pays membres du CEN (Comité européen de normalisation). Sous responsabilité du TC 288 (Technical Comitee 288), un groupe de travail (appelé WG 17) est chargé de cette révision. Une dizaine de pays, dont la France, y participent.
En 2018, après une dizaine de sessions de travail – parfois tendues –, la révision est finalisée et le document passe le vote formel. La nouvelle mouture de l’EN 12716 voit le jour en arborant fièrement l’appellation « jet-grouting », considérée désormais comme faisant partie du langage courant.

 

LES « PLUS » DE LA NOUVELLE VERSION


Cette nouvelle version se veut moins pédagogique. En témoigne la disparition de l’intégralité des illustrations et de la description des lignes d’outils de jet (partie matériel 8.2 des documents).
Elle se veut également plus technique. Ceci est à corréler en partie à l’évolution du contexte normatif européen ces 15 dernières années. On dénombre ainsi 14 références normatives, avec notamment
l’apparition des normes liées aux essais et au choix des matériaux, tandis que la précédente version n’en comptait que 4. Ce faisant, elle est plus exigeante sur les conditions de réussite des travaux de jet-grouting et s’intéresse davantage à tout ce qui relève du cadre opérationnel. Elle répond donc mieux aux problématiques récurrentes que l’on peut observer sur les chantiers.

 

MIEUX ENCADRER LA PARTIE AMONT À L’EXÉCUTION


Au travers de listings plus exhaustifs, et en se référant à des normes dédiées (ex : EN 1997-2), la norme donne une idée plus claire des informations nécessaires à l’exécution des travaux de jet-grouting et à la définition des contextes géotechniques et environnementaux.

 

MIEUX CONCEVOIR SON PROJET


En matière de conception du projet (design d’exécution), la notion de représentativité des échantillons est plus clairement explicitée. Les notions de « classes d’échantillons » et de « résistance caractéristique des éléments » de jet-grouting sont également introduites. Celles-ci s’appuient sur les nouvelles annexes A et B informatives. La première propose, à partir des essais d’écrasement représentatifs, une détermination de la résistance caractéristique de la structure en jet-grouting à partir de laquelle il est possible d’obtenir une valeur de calcul de la résistance. La seconde définit, en lien avec les méthodes de prélèvement, les classes d’échantillons à retenir, fonction de la taille des inclusions, pour définir la résistance caractéristique des éléments de jet-grouting.
Aussi, la nouvelle version aborde les déviations de forage et les tolérances d’implantation de manière plus détaillée en distinguant 3 cas : forages verticaux, subverticaux, inclinés et horizontaux. Ce point, initialement dans la partie exécution, a été ramené dans la partie conception puisqu’il paraît évident que les déviations de forage doivent être intégrées dès la phase de conception (dimension des éléments de jet-grouting, maillage…).

 

DAVANTAGE DE REPÈRES POUR L’EXÉCUTION


La notion de « pieu jet-grouting » est introduite. Elle réfère à un élément de jet-grouting pour lequel une substitution totale avec un béton est réalisée au moyen d’un tube plongeur. La partie traitant du matériel a considérablement été réduite. Elle se focalise sur les enregistrements de paramètres. Néanmoins, la notion de sécurité en lien avec le matériel est reportée en fin de document (partie 11) en faisant référence à une norme spécifique (EN 16228-6). En ce qui concerne la préparation du site : pas de changement majeur, mais on notera que la stabilité des plateformes est non seulement mentionnée qu’elle est aussi appuyée d’une référence à une norme.

 

LE CONTRÔLE QUALITÉ, SURVEILLANCE ET ESSAIS, MIEUX ÉCLAIRÉ


Cette partie a été allégée au profit de la création d’une annexe dédiée.
C’est donc dans l’annexe C qu’on trouvera toute la batterie de contrôles à faire ainsi que les précisions sur les fréquences minimales de réalisation de ces essais. La nouvelle version détaille donc finalement mieux les contrôles.

 

LES « MOINS » DE LA NOUVELLE VERSION


Si le document se veut plus pragmatique et plus technique, on peut regretter l’abandon de certains volets d’importance. La séquence de réalisation des éléments de jet-grouting est toujours mentionnée dans la nouvelle version. En revanche, les définitions relatives aux séquences d’exécution « primaire-secondaire » et « en continu » ont été supprimées. On pourra aussi se poser la question de l’utilité de fixer une pression minimale de jet-grouting à 250 bar si ce n’est écarter certaines entreprises peu scrupuleuses proposant des méthodes de jet-grouting « au rabais ». L’utilisation de pressions plus faibles peut être nécessaire à l’approche de structures sensibles (friables ou avec dispositif d’étanchéité extérieur) ou dans le cas de rejets épais sans possibilité de mettre en oeuvre un prédécoupage à l’eau.
Sans aucun doute, cette nouvelle version de la norme EN 12716 sera profitable à l’exécution des travaux de jet-grouting. On pourra toujours regretter la perte partielle de son caractère pédagogique ou quelques points par-ci par-là. Il n’en reste pas moins que cette nouvelle version est beaucoup plus consistante que la précédente.

 

Basile Leconte
Service exploitation Eurofrance
Responsable technique France
Soletanche Bachy

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré jaune
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

5000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 300

 

 

PARTICIPANTS

2600

 

 

 

© 2016-2020 Solscope
Réalisation : Jordel Médias Agence Web