Partager

Normalisation/ réglementation

UNE MISE AU POINT S'IMPOSE
05/04/2018

UNE MISE AU POINT S'IMPOSE




L’article « De l’utilité de la norme EN 10210 » mélange différents sujets dont l’amalgame pourrait entraîner le lecteur vers des malentendus. La présente mise au point vise à prévenir ces malentendus et à aider l’utilisateur à s’y retrouver.

Le principal malentendu vient du terme « tirant ». Pour un charpentier métallique par exemple, toute barre en traction est un tirant. Par extrapolation, tout ouvrage géotechnique travaillant en traction devient donc un tirant, et c’est une ambiguïté que l’on retrouve dans l’usage de « l’ancrage » de l’Eurocode 3-5. Mais pour le géotechnicien, le tirant est d’abord un tirant d’ancrage au sens de la norme NF EN 1537 ou de la section 8 de l’Eurocode 7-1 : une structure géotechnique avec partie libre et une partie scellée, généralement précontrainte.

La suite ne fera que décliner ce problème de terminologie.


DU POINT DE VUE DES RÉFÉRENTIELS DE CONCEPTION ET DE CALCUL
Le TA 95 est une recommandation qui date de l’époque où il n’existait aucune norme traitant des tirants d’ancrage, et bien avant l’avènement des normes européennes, dont les Eurocodes ; la question de la cohérence des textes doit se poser avant de juxtaposer des références à la norme européenne EN 10210 et au TA 95.
N.B. Conscient de l’intérêt d’un texte tel que les TA, le CFMS en a engagé la révision pour l’harmoniser avec les normes européennes, mais, à ce jour, il est prématuré et aléatoire d’extra- poler la version de 1995.
L’Eurocode 7 (NF EN 1997-1) a été amendé en 2014 justement sur la section 8 relative aux tirants
d’ancrage ; cette section prend en compte les tirants qui relèvent de la NF EN 1537 (NF EN 1997-1/A1 8.1.1 (2)P ) ; la norme d’application nationale NF P 94 282 précise qu’« il convient que la longueur libre ne soit pas inférieure à 5 m » (NF P 94 282 12.1.1 (2) Note 2).
Tout autre ouvrage géotechnique travaillant en traction et sans longueur libre est calculé comme un pieu (NF EN 1997-1/A1 8.1.1 (3)P).
L’Eurocode 3-5 (NF EN 1993-5) peut sembler apporter de la confusion en utilisant le vocable « d’ancrage » pour décrire tous les systèmes
travaillant en traction à l’arrière d’un rideau de soutènement (NF EN 1993-5 1.8.1). Mais la lecture du chapitre 7 lève vite cette ambiguïté en ne traitant pas des tirants précontraints (voir NF EN 1993-5 7.2.1 Note).
N.B. Rappelons en outre que les aciers de précontrainte (prEN 10138) sont en dehors du champ de l’Eurocode 3.
DU POINT DE VUE DES NORMES D’EXÉCUTION

 

Le texte du TA 95, même s’il annonçait vouloir traiter de tous les ancrages (au sens de l’Eurocode 3),
ne décrivait de fait que les tirants d’ancrage (précontraints) ; pour ceux qui en douteraient encore, qu’ils relisent le chapitre 5, « Mise en oeuvre », qui s’achève sur le blocage du tirant !
Pour le géotechnicien, le tirant « d’ancrage » – terme souvent sous-entendu – relève de la NF EN 1537. Par défaut, il conviendra de se rabattre vers NF EN 14199 des micropieux et NF EN 1536 ou NF EN 12699 selon le type de pieux…
N.B. Mettons à part les clous qui sont associés à une notion de maille dans la norme NF EN 14490.


DU POINT DE VUE DE L’ACIER ET DES NORMES PRODUITS
C’est sur cet aspect, délibérément traité ici en dernier, que l’article est le plus exact. Bien entendu, la NF EN 10210 offre des garanties vis-à-vis de la ductilité, de la résistance à la fatigue ou de la durabilité. Effectivement les règles (de corrosion) reposent sur les caractéristiques des aciers de cette norme et des autres citées par l’Eurocode 3 (NF EN 10027, NF EN 10219, NF EN 10248…). Pour autant, les normes non citées (pensons à la NF EN 10080 des aciers de béton armé) doivent-elles être automatiquement rejetées ?
Par conséquent, il faut lire aussi la norme comme un pense-bête des questions non couvertes et des limites d’utilisation !
Si mon acier HA ne subit pas de sollicitations anormales pendant la mise en oeuvre, pourquoi ne pas l’utiliser ?
Vous assemblez les barres par soudure ? Dans quelles conditions sont-elles soudables ?
Les assemblez-vous par manchon ?
Comment calculer le filetage ?
Si le manchon ne relève pas de la même norme (ce qui est très probable pour des barres nervurées), serait-ce neutre pour la corrosion ?
En conclusion, si vous avez besoin d’une structure géotechnique non précontrainte travaillant en traction, un acier relevant de la NF EN 10210 réunit probablement les qualités dont vous avez besoin (et ce n’est sans doute pas le seul).
Si vous avez besoin d’un tirant d’ancrage (avec longueur libre, a fortiori s’il est précontraint), un acier relevant de la NF EN 10210 n’est sans doute pas la solution à votre conception (mais cela ne peut être totalement exclu :
certains fournisseurs auraient des procédures et dispositions constructives pour matérialiser cette longueur libre).
Enfin, un tirant d’ancrage (au sens de la section 8 de l’Eurocode 7
et de la norme NF EN 1537) ne peut devenir définitif qu’au prix de protection (contre la corrosion).
L’article ne fait pas mention de cette possibilité pour un « ancrage autoforeur », ce qui l’exclurait de
facto de ce domaine d’application.


LAISSER UN COMMENTAIRE


Veuillez cliquer sur le carré marron
Cette vérification a pour but
de bloquer les robots diffuseurs de spam.

Les champs marqués d'une * sont obligatoires


Conformément à la loi « RGPD », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : cuvillier@rpi.fr

GÉOTECHNIQUE                   FORAGE                   FONDATIONS                   FORAGE D'EAU                   ESSAIS

 

 

 

M² EXPOSITION INTÉRIEURE

6000

 

 

EXPOSANTS

153

 

 

M² EXPOSITION EXTÉRIEURE

1 500

 

 

PARTICIPANTS

3000

 

 

 

© 2016-2022 Solscope